• Status: 
    Concours
  • Etablir un dialogue entre un nouvel édifice et son contexte, c’est mettre en tension les masses entre elles, mettre en opposition les pleins et les vides, faire glisser les volumes les uns par rapport aux autres. Par ses pliages en plan et en volumes, le projet dégage une forte individualité qui réussit à fédérer autour de lui les édifices environnants  et leurs six niveaux  de façades en béton préfabriqué.

    Le paysage des toitures  crée une véritable cinquième façade, offre également des vues surprenantes depuis le bâtiment P. et une cohérence esthétique générale

     

    Le projet se place dans le creux dégagé par la forme concave du bâtiment P  cette disposition permet de générer « la place », un lieu partagé. Cette disposition et la faible hauteur de l’édifice (partie sud du projet se développe seulement sur deux niveaux (rez-de-chaussée et premier étage) favorise un très bon ensoleillement de cette Agora.

    Nous avons tenté de minimiser « le linéaire de contact » entre la maison des sciences et le bâtiment existant  (P1). Une façade brisée vient former un évasement et donne une plus grande force dynamique à cette prise de contact entre ancien et nouveau.

    Le troisième étage étant recul nous avons cherché le même effet en hauteur.